Éco-responsable, quézako ? Les challenges du “mieux” consommer.

Ecrit par camille le 18 janvier 2022 dans Des sujets à mûrir

Effectivement, nous serions de plus en plus nombreux·ses à souhaiter modifier nos habitudes de consommation avec comme leit-motiv “Moins ET mieux” tout en sachant que le mot consommer à lui seul est parfois presque déjà de trop.
Notre intention n’est certainement pas d’aller vers la culpabilisation, nous ne sommes pas des  donneurs de leçon. Nous sommes plutôt portés par l’envie de partager nos constats et nos expériences de provoquer certaines prises de consciences et de présenter nos sensibilités qui forment la source du filtre que nous nous appliquons au quotidien dans nos vies et par ricochet aussi au sein du projet vivredanslanature.com

Amoureux·se de la vie, de la nature, nous nous demandons comment faire pour continuer à vivre pleinement, à profiter des joies de l’existence, subvenir à nos besoins primaires, parfois secondaires sans se sentir coupables ou du moins en ayant la sensation d’avoir fait un achat responsable et raisonné.

Tout comme de nombreux·ses consom’acteurs·rices, nous tentons de décrypter les étiquettes et d’adopter les bons réflexes pour faire notre part en consommant moins ET mieux.

Le critère “local”

Nous prêtons notamment attention aux kilomètres parcourus par les produits pour arriver dans nos assiettes ou nos placards. Cela nous interpelle et nous nous demandons quelles alternatives existent. La plupart d’entre vous l’a déjà bien compris : pour les emplettes alimentaires, rien de tel que le local. Il permet de réduire au maximum nos propres déplacements et ceux des fruits et légumes que nous mangeons et des produits que nous utilisons.

NB: Petite  précision ici sur la notion de circuit-court, parfois mal employée. Le circuit-court signifie qu’il n’y a qu’un intermédiaire entre le producteur et le consommateur et non pas que le chemin parcouru jusqu’à nous est “court”. En effet, un produit fabriqué à l’autre bout du monde pourrait donc remplir ce critère et bénéficier de la mention “circuit-court”.

Le critère made in France a bien le vent en poupe depuis quelques temps. Il est un gage de fabrication et conception sur le territoire et donc d’emploi et d’économie pour les habitant·e·s de notre pays.
À lui seul, ce critère ne dévoile pas tout. La provenance des matières premières, leur qualité “bio” ou “naturelle”ou encore les modes de distribution (emballage, livraison…) peuvent être des éléments à prendre en considération pour acheter le plus consciemment possible.

 

Les matières premières : un enjeu de durabilité, traçabilité, coût

Transparence et traçabilité

Acheter local ou fabriqué en France ne signifie pas toujours que le produit est composé de matières premières françaises. La transparence et la traçabilité constituent alors une rassurance de taille pour les consomm’acteurs.

Pour les produits répondant aux besoins comme se laver, s’habiller, bricoler, se divertir, cela se complique. Le sujet est tellement vaste qu’on se perd entre les appellations et les labels.
En textile, vous pouvez acheter un vêtement dessiné en France, sous-entendu fabriqué ailleurs (loin la plupart du temps). Il peut être fabriqué en France, en coton bio ou polyester recyclé par exemple. Cela semble, à première vue, plus avancé sur l’échelle de l’éco-responsabilité. Pour autant, il faut être conscient·e que le coton ne pousse pas dans nos régions (même si quelques passionnés tentent l’expérience). Et puis le polyester recyclé n’est pas si simple à tracer et demeure une matière issue de la pétrochimie.
Enfin, à y regarder de plus près, la pollution issue de l’industrie textile se cache aussi dans les teintures et le travail des machines. Il est donc possible d’aller encore bien plus loin dans l’étude des critères écologiques.

Matières naturelles et écologiques

Quelques filières de matières naturelles écologiques tentent leur essor en France, c’est le cas du lin, du chanvre et de la laine. Le chemin apparaît encore sinueux car l’industrie textile française doit se réadapter doucement à ces matières un temps boudées au profit des matières synthétiques.

De manière générale et logique, l’origine des matières premières d’un produit, leur qualité et durabilité se feront probablement ressentir dans le prix. Mieux acheter c’est aussi être capable de comprendre, d’accepter et de pouvoir débourser plus d’argent pour un bien à l’usage similaire.
Un outil de jardin fabriqué en France en bois français issu de forêts durablement gérées ne peut avoir le même prix qu’un équivalent ne respectant pas les mêmes critères.
De même, une huile essentielle fabriquée en France et issue de lavande bio cultivée en Provence n’aura pas le même prix que sa voisine sur l’étalage n’affichant ni le label bio ni la provenance FR.

 

LES FILTRES ET DÉCODEURS DISPONIBLES

Ce sujet du “mieux produire et donc mieux consommer” est assez nébuleux. Nous n’avons pas la prétention d’en connaître tous les tenants et les aboutissants.

De multiples grilles de lecture existent et se créent pour tenter d’éclairer les consommateurs. Parmi elles : le nutri-score et l’application Yuka, ou encore Dunia pour mesurer son empreinte carbone, l’indice de réparabilité, etc.
Chaque grille s’applique à faire la lumière sur un domaine précis : la nutrition, le bio, l’énergie, les émissions de CO2, etc. Ces grilles sont toutes utiles et incomplètes en nous informant partiellement sur ce que nous consommons.

L’humilité s’impose devant une telle complexité.

Chez vivredanslanture.com, nous avons répertorié des critères de choix qui nous paraissent importants afin d’en déduire “notre” filtre.
L’ensemble des fabricants et produits dénichés et sélectionnés sur notre site ont coché une majorité de ces caractéristiques. Nous vous les communiquons, sur la page de chaque produit, de façon la plus transparente possible. En effet, nous nous engageons à préciser pourquoi nous l’avons choisi et aussi indiquer les points à éventuellement améliorer.

 

Voici ce que nous prenons en compte dans la sélection des produits référencés.

LOCAL :

Fabriquer en France ou dans un pays voisin proche assure une dimension humaine, économique et sociale. Une fabrication locale garantit souvent un plus haut degré de qualité, un savoir-faire reconnu. De plus, la dimension sociale est protégée par le code du travail français (ou Europe).

DURABLE :

Tests de fatigue réalisés, garanties accordées pour s’assurer que le produit aura une longue vie à vos côtés.

BIO :

Issu de l’agriculture biologique (sans pesticides ni OGM)

ÉCO-CONÇU :

La conception du produit est pensée pour économiser de la matière ou ses déplacements, de l’énergie, diminuer les déchets…

RÉPARABLE :

Indice de réparabilité s’il existe ou engagement du fabricant sur la la possibilité de réparer son produit.

ENGAGEMENT SOCIÉTAL :

L’entreprise ou le fabricant s’engage pour un monde meilleur : fondation, cotisations à Time for the Planet1% for the planet, accueil de travailleurs en situation de handicap…

MATIÈRES PREMIÈRES :

Nous donnerons le plus de détails possible quant à l’origine et la qualité des matières premières composant les produits. Nous privilégions les matières premières naturelles ou upcyclées.

 

En espérant vous  éclairer, peut-être vous déculpabiliser, ou simplement vous intéresser, nous demeurons ouverts à toute discussion au sujet de ce filtre et ces critères de sélection.
Nous souhaitons affiner ce tamis au fil des échanges avec vous, de l’expérience acquise et de vos avis sur les produits.

camille
camille

Pour aller plus loin

Comment faire un pique-nique “écolo” ?

Le pique-nique, synonyme de picorer en nature, est forcément une thématique bien appréciée chez Vivre Dans la Nature. Pour un pique nique convivial et réussi, quelques ingrédients semblent incontournables....

Comment choisir sa protection solaire écologique ?

En guise d’introduction, nous osons être un peu terre à terre mais la meilleure crème solaire écologique c’est celle qu’on ne met pas ! Le...